TreeEbb
Fixer un rendez-vous
Fixer un rendez-vous
Venez visiter nos 450 hectares de pépinières qui proposent des arbres multi-troncs, des arbres à grimper, des arbres d’avenues et de parcs et des arbres caractéristiques et arbustes solitaires. Visitez également nos 1 400 m2 de jardins sur toit et leur grande variété d’arbres fruitiers multi-troncs.
Nous vous remercions de votre demande de contact. Nous prendrons contact avec vous dans les plus brefs délais.
* Obligatoire
×
Know-how to grow
Know-how to grow
Le know-how to grow signifie pour nous que nous réfléchissons et regardons au-delà de la culture et de la fourniture d’arbres. Dotés d’une équipe de collaborateurs bien formés et compétents, nous nous faisons un plaisir de vous conseiller quant au choix des espèces et participons à la planification de votre projet de verdure afin d’en assurer la réussite. Nos conseillers en plantation Découvrez notre know-how to grow
×
×
+
+
Ancrage des arbres

Ancrage des arbres

Une fois l’arbre planté, il est nécessaire de l’ancrer afin d’empêcher qu’il s’incline ou soit renversé par le vent et pour empêcher que les nouvelles racines soient endommagées par des mouvements excessifs de l’arbre. Il existe deux manières d’ancrer les arbres :

  1. Ancrage aérien à l’aide d’un ou de plusieurs tuteurs et de liens.
  2. Ancrage souterrain de la motte.

Ancrage aérien

La méthode d’ancrage la plus connue est l’ancrage aérien à l’aide d’un ou de plusieurs tuteurs et de liens. Cet ancrage demeure en place pendant trois à quatre ans, jusqu’à ce que l’arbre soit suffisamment ancré par ses racines de stabilisation. Les tuteurs et liens sont alors retirés. Si un seul tuteur est utilisé, celui-ci doit être placé du côté d’où souffle le vent le plus souvent. L’arbre est ainsi poussé dans le sens opposé au tuteur. Si ce n’est pas le cas, l’arbre est poussé trop souvent contre le tuteur, ce qui entraîne des dégâts susceptibles de laisser pénétrer des parasites. En cas de vents rotatifs ou verticaux autour de hauts bâtiments ou de grands arbres, plusieurs tuteurs sont nécessaires. Si trois tuteurs sont placés, il est bénéfique de fixer ce qu’on appelle une couronne d’arrosage, qui aide à ce qu’ils restent mieux en place. Veillez bien à ce que les liens ne soient pas fixés de façon trop statique, un certain degré de jeu stimule l’enracinement et en définitive un ancrage rapide.

Ancrage aérien au moyen d’un, deux ou trois tuteurs

Ancrage aérien au moyen d’un, deux ou trois tuteurs

Tuteurs en bois non traité

Le choix du matériau des tuteurs peut se porter sur du bois traité (peint, imprégné ou goudronné) ou du bois non traité provenant d’espèces ne se putréfiant pas rapidement, comme du châtaignier commun ou du robinier. Le bois traité contient des substances nocives qui restent dans le sol et peuvent être absorbées par les racines de l’arbre. Cela n’est bénéfique ni pour l’environnement ni pour l’arbre. Il est donc recommandé de choisir du bois non traité.

Placement des tuteurs

Placement des tuteurs

Enfoncez les tuteurs fermement dans le sol, éventuellement à l’aide d’une sonde, de sorte que le tuteur soit de préférence enfoncé de 20 centimètres dans la terre sous le trou de plantation. En outre, la portion du tuteur devant être enterrée doit être d’au moins un tiers à la moitié maximum. Fixez l’arbre au(x) tuteur(s) à l’aide de liens en caoutchouc. Faites se croiser le lien entre l’arbre et le tuteur pour éviter les frictions et les dommages au tronc. Contrôlez les liens et les tuteurs au moins une fois par an pour relâcher les liens à temps s’ils deviennent trop serrés. Si un arbre est planté avec les racines dénudées, il convient de placer les tuteurs avant de planter l’arbre, afin de ne pas endommager les racines.

Tuteurs courts ou longs

Utilisez de préférence des tuteurs aériens courts ne dépassant pas plus de 80 à 100 centimètres du niveau du sol. Les arbres ont une plus grande liberté de mouvement avec des tuteurs courts et forment ainsi plus rapidement des racines de stabilité. L’arbre s’ancre alors plus rapidement et mieux. Les tuteurs longs, par contre, rendent l’arbre statique et « paresseux », ce qui entraîne un moins bon ancrage à court terme. Les tuteurs longs ont en outre une influence négative sur l’épaississement du tronc. Le tronc s’épaissit moins vite sous le point d’attache qu’au-dessus, car une partie de la contrainte de flexion est absorbée par le tuteur. L’inconvénient des tuteurs courts est que les arbres peuvent se casser plus rapidement en cas de vandalisme. Dans les zones fort venteuses, les arbres plus lourds deviennent par ailleurs plus rapidement inclinés sous le poids de la couronne. Les tuteurs courts ne sont par conséquent pas dans toutes les circonstances la meilleure solution.

Ancrage souterrain

La deuxième forme d’ancrage est l’ancrage de la motte, ou ancrage souterrain. L’avantage de cette méthode est l’absence de tuteurs et de danger d’endommagement du tronc, ainsi que le fait qu’il n’est jamais nécessaire de retirer l’ancrage. Au bout de quelques années – lorsque l’arbre est suffisamment ancré par lui-même – les tuteurs souterrains ont pourri et ont perdu leur fonction. Notez toutefois que cette méthode d’ancrage ne peut être appliquée que si la motte est suffisamment ferme et avec des tuteurs non traités.

Méthode 1 : Ancrage à l’aide d’ancres souterraines

Il existe sur le marché divers systèmes d’ancrage à l’aide d’ancres souterraines. Ces ancres sont profondément enfoncées dans le sol à côté de la motte. Le lien fixé à ces ancres est tendu sur la partie extérieure du dessus de la motte. Ne tendez jamais les liens autour du tronc. Le type d’ancre souterraine et de liens à utiliser dépend de la circonférence de l’arbre planté.

Méthode 2 : Ancrage à l’aide de tuteurs

Des tuteurs sont enfoncés dans le sol autour de la motte de manière à ce que leur côté supérieur soit au même niveau que le dessus de la motte. Des poutres sont fixées sur ces tuteurs de telle façon à serrer la partie extérieure du dessus de la motte. Une autre méthode d’ancrage à l’aide de tuteurs consiste à enfoncer ceux-ci plus profondément et à y fixer des sangles d’arrimage. Ces sangles sont également tendues sur la partie extérieure du dessus de la motte.

RESTEZ INFORMÉ
NOUS VOUS REMERCIONS DE VOTRE DEMANDE D'INSCRIPTION
×
Configuration des cookies

Pour vous fournir des services électroniques, nous avons recours à des cookies. Un cookie est un simple petit fichier qui est envoyé avec les pages de ce site web et qui est enregistré par votre navigateur sur le disque dur de votre ordinateur. Ce petit fichier nous permet notamment de combiner différentes ouvertures de pages sur le site web et d'analyser le comportement des utilisateurs. Les configurations suivantes vous permettent d'indiquer les cookies que vous souhaitez accepter. Veuillez noter que si vous n'acceptez pas les cookies, certaines fonctionnalités de ce site web risquent de ne pas être disponibles. Vous trouverez de plus amples informations sur l'utilisation des données et des différents cookies dans notre déclaration de confidentialité et notre déclaration relative aux cookies.